02/07/2017

La vie

Une vie qui commence,
Des pas mal assurés,
Un parfum d’innocence,
Aux genoux écorchés.
Le théâtre Guignol,
Eclaboussé de rires,
Des parents, une école,
Pour apprendre à grandir...



Seize ans à fleur de peau,
Ame tendre et rebelle.
Des mots mis sur des maux,
Pensées noires et cruelles.
Dire adieu à l’enfant
Qui dort au fond de soi,
Cœur volcan, corps bouillant,
Sentiments aux abois...

Puis prendre le chemin,
Découvrir l’âme sœur.
Partager son destin,
Le pire et le meilleur.
S’extasier du miracle
D’un joli ventre rond.
S’émouvoir du spectacle
Et chercher un prénom...

Des rides au coin des yeux,
Appréhender l’hiver.
Du blanc dans les cheveux,
Se tourner vers hier.
Revivre le passé
Qui a coulé si vite,
Car le temps meurtrier
Nous bouscule et s’invite...

Commentaires

Bonjour Marie
Qu'il est beau ce poème , il reflète bien la vie qui passe
Je me suis reconnue dans ces mots
Bravo , merci, c'est émouvant.
Bonne journée, a bientôt.
Amicalement.

Écrit par : louvya | ` 2017-07-03 à 09.10:28 `

Répondre à ce commentaire

bonjour Marie
un superbe poème que tu as écrit Marie et si vrai...et le temps qui passe bien trop vite....
on ne revient pas dans le passé...
l'âge où tout est encore a découvrir

passe une douce journée
bisous ☺☺

Écrit par : nays | ` 2017-07-03 à 11.38:50 `

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.