11/06/2017

La main

Juste une main alanguie, posée sur ta peau !
Cette peau que j’aime déjà avant d’y avoir gouté,
Peau douceur que tu m’offres en cadeau,
Cadeau de bienvenue pour l’ami émerveillé.

Une main fine, aux ongles joliment limés,
Cache espièglement ton ventre nu
Offert, en même temps qu’il est dérobé,
Aux appétits voraces de l’amant ingénu.

Plus haut, ma bouche imagine tes seins
Et leurs boutons de rose, sombres et dressés.
Tes seins adorables, qui nichent dans mes mains,
S’y reposent, pressés et caressés.

Plus bas, un buisson de ronces vives,
Un fruit écarlate, juteux et sucré,
Que je veux manger, dégouttant de salive
Avant de continuer mon échappée.

Alors, tu prendras ma tête dans tes mains,
Guidant ma bouche dans son exploration,
Cambrant en offrande le creux de tes reins,
M’ouvrant enfin la porte de la passion.

Les commentaires sont fermés.