29/07/2010

HARMONIE DU SOIR

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

Charles Baudelaire

14:56 Publié dans Poêmes | Tags : charles baudelaire | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bonjour Marie, c'est beau ça....
Il fait grand soleil ce matin..! Et je suis de bonne humeur alors laissons là les ennuis de santé et profitons du weekend qui s’annonce…
Gros bisous à toi ma puce...j'espère que tu vas pouvoir toi aussi utiliser le skin pour le modifier à ta guise...

Écrit par : Chadou | ` 2010-07-30 à 08.44:24 `

Répondre à ce commentaire

Hello Marie,
Persuader, oui persuader que tu est au Anges.
La ou tu est, ou vous êtes c'est le paradis hein ...
Bonne vacance Marie, hyper gros bisous à tous deux.
Dis bien à Claude que j'oublie pas ses paroles pour la pêche à pied ...

Écrit par : Electron libre | ` 2010-07-30 à 21.27:13 `

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.